Entretien avec Cassidy Chambonnier 

 

Au club depuis 2018, Cassidy Chambonnier est dans sa première année au Centre de Formation. Venue de Nouvelle-Calédonie, elle nous raconte son parcours. Entretien.

 

Comment vas-tu ? Physiquement, Mentalement ?  

"Physiquement ça va, mais je pourrais être mieux. Je reviens d'une petite blessure, il faut que je retrouve mon rythme. Mentalement ça va aussi. Toujours déterminée."

 

Tu es arrivée au club en 2018, raconte-nous ton parcours au FLHB.  

"Je viens de Nouvelle-Calédonie ou j'étais en pôle d'accession. J'ai décidé de partir à la rentrée 2018-2019, pour pouvoir intégrer le Pôle Espoirs de la Région Centre. Le club en accord avec le Pôle est celui de Fleury, c'est de cette manière que je suis arrivée ici, et je m'y sens très bien. Je suis actuellement en première année de Centre de Formation. Je ne me voyais pas partir autre part."

 

Comment pourrais-tu décrire ton style de jeu ?  

"Je joue beaucoup pour les autres, mais je peux jouer aussi pour moi. J'ai une bonne relation de passe. J'essaie d'être au maximum efficace dans les duels. Je suis en capacité de créer la faille et d'apporter le danger".

 

Peux-tu aborder la vie en Centre de Formation ?  

"Je suis une formation d'entraineur en parallèle du hand. J'aimerais plus tard reprendre le Pôle de Nouvelle-Calédonie, c'est un de mes objectifs. La vie en Centre de Formation nous amène à plus d'autonomie. Cela nous permet de nous entrainer avec les professionnels, d'avoir du temps de jeu lors des matchs. Cela fait des semaines rythmées. J'ai cours le Lundi et le Mardi toutes les deux semaines et le reste du temps je suis au club avec les jeunes. Le Centre de Formation du Fleury Loiret Handball nous fait prendre en maturité et en autonomie plus vite."

 

Comment sens-tu le groupe ? 

"On arrive à rester ensemble sans se disperser malgré la situation. On garde la tête haute, on va se maintenir et on va y arriver. Nous sommes un groupe soudé. J'ai connu des équipes ou durant les périodes plus compliquées, tout le monde remet la faute sur tout le monde, là ce n'est pas le cas. L'état d'esprit est bon et positif, nous allons de l'avant."

 

Quels sont tes objectifs pour cette année 2022 ? Personnellement et collectivement ? 

"Personnellement, c'est réussir ma formation pour pouvoir aller plus loin après. D'un point de vue handball, il faut que je me lâche davantage et saisir les occasions quand je le peux lors des matchs. Si cela peut permettre de nous faire gagner des matchs et nous maintenir cela serait un bel objectif. Collectivement, c'est de nous maintenir. 

 

Que fais-tu quand tu n'es pas au handball ?

"Je dors (rires). Je passe beaucoup temps au club mais sinon je rends visite à ma famille d'accueil vu que je ne suis plus chez eux. Sinon je passe du temps avec les autres filles du  Centre de Formation."

 

Quel est ton plus beau souvenir sportif ?

"C'est lorsque j'étais encore en Nouvelle-Calédonie, j'avais 13-14 ans. Nous avions fais une compétition en Australie, avec mon club que je considère comme ma famille. Mon père y est entraineur. Nous avions gagné un tournoi en Australie face aux meilleures équipes. Voir la fierté dans les yeux de mon père était la chose la plus importante."

 

Le mot de la fin ? Un message pour les supporters des Panthères ?

Merci à l'ensemble des supporters. Nous comptons sur leur présence pour les prochains matchs à domicile. Cela a beaucoup d'importance à nos yeux ! Nous avons besoin de tout le monde durant cette saison un peu plus compliquée. Nous devons être tous ensemble."

 

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des mesures d'audience.
Cliquez sur 'En savoir plus' pour prendre connaissance de notre politique de confidentialité et pour paramétrer ces cookies.