Premier entretien "grand format" avec l'entraineur des Panthères, qui revient sur les deux premiers mois de cette saison 2013-2014 et se projette sur les semaines à venir.

 



 

Fred, à l’heure de refermer septembre avec l’accueil de Toulon, samedi soir à Auger, quel bilan tires-tu des deux premiers mois « de vie » du groupe Fleury Loiret Handball ?

J’ai constaté beaucoup d’investissement, beaucoup d’énergie, un état d’esprit remarquable, avec des joueuses qui ont accepté le résultat final de la saison passée et qui ont mis du cœur à l’ouvrage dès le départ. Parallèlement, nos recrues ont vite intégré les codes de l’équipe, leur adaptation aura été très rapide, elles se sentent bien à Fleury ! Enfin au niveau humain et relationnel, le climat est vraiment propice au travail et à l’exigence.

 

« Le mois de septembre clôture notre préparation. »

 

Et sur le plan des résultats ?

Nous venons de jouer 12 matchs et totalisons 10 victoires et 2 défaites, face à Vardar et à Metz, deux équipes qui feront très certainement partie du top 8 de la Ligue des Champions. Aujourd’hui, notre niveau et la notoriété du club ne nous permettent pas de rivaliser, mais j’espère que nous allons vite nous faire un nom dans le contexte international.

 

Les enseignements doivent être nombreux après cet intense mois de septembre, quels sont-ils ?

A mes yeux, et j’ai toujours présenté les choses de la sorte aux joueuses, le mois de septembre clôture notre préparation. Nous souhaitons bien évidemment être bien positionnés à la trêve, mais notre seul objectif est d’être prêt pour la fin février. En sachant que nous devrons ensuite maintenir cet état de forme entre février et juin.

Ce que nous venons de vivre sur ses dernières semaines est très positif, pour les joueuses, le staff, le médical,... Notre organisation prend forme, les méthodes se mettent en place, et je sens un vrai enthousiasme. Nous prenons plaisir dans une organisation fiable, avec de la rigueur. Les fondations ont été posées, continuons à avancer !

 

 

« Enormément sanctionnés depuis le début de saison. »

 

Rostov, puis Vardar, puis Nice, et enfin Metz… sur le plan de l’environnement, que t’apprends cet enchaînement de matchs aussi différents les uns que les autres ?

Je retiendrais qu’il faut s’adapter plus vite à l’arbitrage. Je n’en parle jamais, mais c’est une donnée importante que nous avons eu à gérer ! Il existe une interprétation et une application des règles très différentes entre le championnat et la Coupe d’Europe. Apparemment, nous sommes trop tendres dans le contexte international et un peu trop denses au niveau national.

 

Qu’est-ce que cela implique ?

C’est aux joueuses de comprendre ce que nous pouvons faire ou non sur le terrain. Nous sommes énormément sanctionnés depuis le début de la saison et mon groupe doit être capable de s’adapter. Mais c’est intéressant de constater la dureté du jeu en Ligue des champions, ou même en tournoi de présaison entre des équipes de ce calibre : le niveau d’engagement de Györ est incroyable, elles ne joueraient pas souvent à 7 en France ! Nous devons faire preuve d’intelligence et d’écoute dans ce domaine.

 

« Le potentiel de cette jeune équipe est important »

 

Place aux réceptions de Toulon et d’Issy Paris et aux déplacements au Havre puis à Nîmes, comment abordes-tu ces rendez-vous et cette période ?

Notre vraie aventure démarre ce week-end, nous ne pouvions pas espérer grand-chose la semaine passée avec l’enchaînement des matchs et des déplacements. Huit matchs nous attendent à partir de samedi, avec un rythme plus régulier et plus cohérent sur le plan physiologique. C’est à partir de maintenant que nous devons capitaliser sur les efforts fournis cet été et en ce début de saison. Nous avons payé pour apprendre, et il est temps de récolter les fruits de notre travail.

 

Quelles sont tes attentes ?

Les joueuses doivent être pragmatiques et opportunistes, nous devons être beaucoup plus stables défensivement, continuer à jouer à un rythme élevé, en essayant de produire du spectacle. Nous sommes engagés dans une aventure  magnifique, le potentiel de cette jeune équipe est important.

 

Tu évoques une « jeune » équipe, quels sont tes objectifs par rapport à cette acquisition d’expérience ?

Nous devons continuer à faire travailler le talent, il ne faudrait surtout pas que notre effectif génère du confort, au contraire ! Mon objectif est d’avoir le plus de joueuses possible en sélection, qu’elles puissent s’approprier l’exigence et l’intensité au niveau international. A nous ensuite de profiter de ce vécu et de maintenir nos joueuses en bonne santé. Enfin je réfléchis à des séances  délocalisées devant beaucoup de spectateurs : nous jouons dans une petite salle mais nous devons nous préparer à jouer des matchs importants devant  une affluence beaucoup plus conséquente. Ce week-end encore, les Arènes de Metz étaient bien garnies, le public joue un rôle non négligeable dans ces moments-là, nous ne devrons pas être surpris de se faire chahuter dans huit mois par l’environnement.

 

On sent en tout cas une vraie détermination et une vraie envie de bien faire depuis le début de saison !

Je suis convaincu que nous allons vivre une saison passionnante. Et cela commence samedi soir !

 

 

 

Photos : Ludovic Letot, photographe d'illustration : www.ludovicletot.fr

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des mesures d'audience.
Cliquez sur 'En savoir plus' pour prendre connaissance de notre politique de confidentialité et pour paramétrer ces cookies.